Musées

Le coin des abonnés

Annonces

Ouvrages spécialisés

Lexique :

Nouvelle recherche

La liste

Contact


P


PALA: Mot italien désignant un tableau d'autel.


PALETTE: Plaque mince, de forme rectangulaire, ovale ou ronde, percée d'un trou pour laisser passer le pouce, sur laquelle le peintre place ses couleurs, les mélange et charge ses pinceaux.
Par extension, on désigne aussi par ce terme la gamme de tous les tons et de coloris employés par un peintre.


PANTOGRAPHE: Appareil permettant de copier mécaniquement un dessin quelconque en le réduisant ou en l'agrandissant à volonté.


PAPIER HUILE: Le papier huilé est enduit d'huile de lin et sert de papier report ou de papier calque. Il a été très employé dès le Moyen Age pour reproduire des esquisses ou comme support.


PAPIER MAROUFLE: Le papier est collé sur un support rigide (bois, pierre) ou souple (toile) et servant à transformer la nature du fond qui reçoit la peinture. Voir marouflage.


PAPIER REPORT: Papier recouvert d'une couche de colle et de blanc, grainé mécaniquement, qui tend à imiter la surface d'un calcaire lithographique.
Utilisé pour des raisons de commodité, le papier report permet d'exécuter un dessin qui sera ensuite reproduit selon le procédé de la lithographie, en évitant les contraintes liées à celle-ci.
L'artiste trace, au crayon gras ou à l'encre lithographique, son dessin sur la couche superficielle de colle, qui l'isole du papier. celle-ci étant soluble dans l'eau, il suffit, pour que le tracé gras se dépose sur la pierre lithographique, de poser le papier report (côté dessin) sur celle-ci, puis d'en humecter le verso. La colle se dissout et la graisse de l'encre adhère au calcaire. Corot utilisa très souvent ce moyen pour travailler "sur le motif".


PASSAGE: Dans un tableau, transition ménagée entre deux tons (ombre et lumière) ou entre deux teintes. Nuance intermédiaire d'un ton à l'autre. Les passages permettent de relier les motifs d'un tableau qui, autrement, demeureraient juxtaposés.


PASTEL: Crayon de couleur. Dessin en couleurs exécuté avec des crayons de pastels.
Les principales qualités du pastel sont la souplesse, la rapidité de l'exécution, la variété dans la facture: hachures, touches fondues ou complètement estompées. Le pastel permet aussi de superposer plusieurs couches sans avoir à effacer. De plus, la traduction parfaite qu'il donne de la matière d'un épiderme contribue à en faire une technique de prédilection pour le rendu des portraits. La faculté de "croquer" rapidement un visage et son expression, la possibilité des "reprises", la maniabilité donnée par le support sont autant d'autres avantages qui contribuent à son succès.


PATINE: Résultat d'une lente évolution naturelle de la matière picturale se traduisant par un léger assombrissement des tons produit par l'oxydation des liants à base d'huile et par celle du vernis original. Le jaunissement des vernis successifs a tendance à être confondu avec la patine naturelle.


PELLICULE COLOREE: Couche très mince de matériau résultant de la dessiccation d'un mélange de pigments broyés avec un liant (colle, huile, vernis, cire). Celui-ci enrobe et protège les pigments en poudre. La qualité du liant utilisé détermine certaines particularités de la pellicule colorée, notamment sa luminosité, sa transparence et sa dureté.
Dans le technique de la fresque, l'eau de broyage sert uniquement à véhiculer les fines particules solides de pigments, que le mortier lie et fixe au support.


PIERRE NOIRE ou PIERRE D'ITALIE: La pierre noire est un schiste argileux à grain serré, utilisé à la manière d'un crayon, qui donne un trait dont la teinte varie du noir au gris. Deux autres techniques sont venues le supplanter: le fusain et la mine de plomb.


PINCELIER: Récipient en fer blanc contenant de l'essence de térébenthine qui sert au nettoyage des pinceaux et des brosses.


PINXIT ou PINGEBAT: Mots latins signifiant respectivement a peint ou peignait qui accompagnaient souvent sur un tableau la signature des peintres: Raphaël pinxit. On les abrège en pinx. et ping.


PIQUER: Pour marquer les contours d'un dessin, on le perce de petits trous destinés à laisser passer la poudre colorante contenue dans une sorte de sachet d'étoffe, dit poncette ou ponce (d'où le nom de poncif donnée à la feuille de papier piquée). Le tracé ainsi obtenue sert de guide pour la reproduction du dessin.


PISTOLET: Appareil permettant la pulvérisation de peinture ou de vernis par l'intermédiaire d'air comprimé.


PLATRE: Matériau résultat de la cuisson modérée du gypse, suivie de mouture.
Le plâtre peut être utilisé pour épaissir une peinture. Il entre aussi dans la composition de certaines préparations et dans celle des siccatifs en poudre. Enfin, il peut être aussi utilisé comme revêtement mural et sert de support à la peinture.


POCHADE: Peinture de petit format exécutée sommairement de quelques coups de pinceau. Bien qu'elle réunisse toutes les données de l'esquisse ou du croquis, la pochade a un caractère définitif et constitue par elle-même un tableau. Le terme est quelquefois synonyme de peinture comique ou de caricature.


POCHOIR: Lame de carton ou de métal employée pour colorer, à l'aide d'une brosse, un dessin dont le contour y est découpé. Les pochoirs servent à reproduire des dessins sur étoffe ou sur papier peints.


POINT DE VUE: En perspective, cette expression désigne le lieu où est placé l'oeil du spectateur ou lieu de vision théorique, situé en dehors du tableau.


POINTE D'ARGENT: Stylet ou barrette d'argent effilé maintenus sur un manche de bois, utilisés jusqu'à la Renaissance pour dessiner sur un papier ou un parchemin obligatoirement recouvert d'un enduit à bas de poudre d'os mêlée d'eau, de gomme arabique et de couleurs. d'où le nom de carta-tinta: papier préparé.


POINTE DE PLOMB: A ne pas confondre avec la mine de plomb. La pointe de plomb est un alliage de plomb et d'étain qui, effilé et emmanché, servait à dessiner. Elle fut employée dès le Moyen Age par les scribes et les peintres pour exécuter des esquisses et des croquis, et mais fut éliminée par le crayon au graphite, ou mine de plomb.


POLYPTYQUE: Ensemble de panneaux de bois peints, parfois sculptés, qui s'insèrent dans un ensemble de menuiserie le plus souvent doré.


PONCIF: Modèle, dessin ou estampe, en papier ou en carton, destiné à être reproduit sur un autre support. On applique sur le support vierge (toile, mur) le poncif, percé de piqûres faites sur le tracé du dessin. Celles-ci sont destinées à laisser passer la poudre, craie ou noir de fumée, déposée par la ponce ou poncette, si bien que le tracé du dessin est reproduit schématiquement, en pointillé, sur le support.
Par extension, se dit de ce qui est banal, sans imagination.


PREDELLE: Partie inférieur d'un retable ou d'un tableau d'autel, auquel elle sert de soubassement. Comme le retable, la prédelle est peinte ou sculptée.


PRIMAIREX (couleurs): On appelle ainsi les trois couleurs fondamentales, ou génératrices, du spectre solaire: bleu rouge jaune.
Ces trois couleurs, mélangées entre elles, donnent des couleurs dite binaires, secondaires ou mixtes: le vert, le violet et l'orangé.


PUTTO: Représentation peinte ou sculptée d'enfant nu: ange, amour ou petit génie


Haut de page ~~~ Nouvelle recherche